Evaltonbiz

Interview : Obtenir un prêt garanti par l’État (PGE) pour son entreprise

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Avec la crise sanitaire COVID-19, les impacts économiques et organisationnels vont de pair pour les entreprises. Evaltonbiz s’est tourné vers ses utilisateurs pour recueillir et partager leurs témoignages sur leur gestion actuelle de la crise. Aujourd’hui, découvrons l’interview de  François Pons – gérant de Yosadi, professionnel de l’accompagnement des entreprises – sur  son parcours d’obtention de Prêt Garanti par l’Etat (PGE).

Accompagnement pour obtenir un PGE

EVALTONBIZ : Pouvez-vous nous présenter votre entreprise et votre activité ?

François Pons :Yosadi est une entreprise qui existe depuis 7 ans, nous accompagnons les entrepreneurs, les chefs d’entreprises sur leurs projets de développement commercial, développement RH et leur financement ; nous sommes accrédités au réseau Prospactive, partenaire d’Evaltonbiz. Yosadi accompagne les entreprises TPE / PME. Nous comptons 4 salariés avec un CA de 200 000 €.

E : Comment votre entreprise ou celles de vos clients ont-t-elles été impactées par la crise sanitaire actuelle ? 

FP : Yosadi a été impactée par la crise dans le sens où notre activité ne s’est pas arrêtée mais nous avons dû revoir notre offre. Nous sommes passé sur un format de gratuité pendant la crise du Covid-19. Nous avons arrêté de facturer nos clients, car leur activité a été suffisamment impactée entre moins 50 – 70 voire -90% ; ils n’avaient pas la trésorerie suffisante pour nous financer.  Notre activité d‘accompagnement a donc été très fortement impactée non pas dans la partie production mais dans la partie facturation de cette production. Nous avons décidé d’accompagner nos clients gratuitement pour les aider à passer la crise. En ce qui concerne l’impact de la crise auprès de clients : un de nos clients est à moins 50%, un à 80% et un autre à moins 100% d’activité.  Nous travaillons aussi en partie pour des écoles de commerce, de management et dans cette situation nous avons transformé notre modèle de formation pour dispenser nos cours à distance. Cette activité continue mais représente 10-15% de notre activité globale. Nous sommes d’autre part organisme de formation pour des entreprises (chefs d’entreprise et salariés d’entreprise) et sur ce point aussi nous avons transformé nos modèles de formation.

E : Comment accompagnez-vous vos clients dans ce contexte ?

FP : Le PGE est censé être accessible à toutes les entreprises qui ne sont pas en liquidation ou en redressement judiciaire et qui globalement ont une santé financière correcte dont les fonds propres sont positifs. Donc notre première question au client est de lui demander s’il est dans une de ces situations. Dans le cas où il n’est dans aucune de ces situations on peut lancer la démarche. Beaucoup de chefs d’entreprise pensent ne pas y avoir droit. Nous les accompagnons grâce à la plateforme Evaltonbiz. Une fois les bilans obtenus, nous rentrons le projet de développement de notre client sans le scénario de la crise et nous refaisons le même exercice en appliquant les scénarios de crise intégrés et on observe leur impact sur les différentes années de projection. Une fois cela fait nous allons observer les besoins de financement.

 E :  Concrètement pouvez-vous nous raconter comment cela s’est passé ? Quelles démarches ont-ils suivi ? 

FP : Concrètement pour le PGE, nous en avons fait la demande pour Yosadi en utilisant Evaltonbiz pour construire le prévisionnel financier. Nous avons obtenu un pré-accord dans les 7h qui ont suivi notre demande. Les banques ont joué le jeu et nous sommes à 15 jours d’instruction de dossier pour les échanges de documents et ensuite le prêt sera libéré sous quelques jours. En ce qui concerne l’une des entreprises que nous accompagnons, nous avons obtenu le prêt assez rapidement. Nous montons un 3e dossier pour un client dont nous attendons l’expert comptable pour obtenir le  bilan. Ensuite, les démarches commenceront. Pour les dossiers solides, les banques accordent très vite les fonds. 90% du prêt est assuré par BPI et les 10% de risques restant sont assurés d’être remboursés par le client.

E : Vous avez utilisé Evaltonbiz pour réaliser un prévisionnel que vous deviez ensuite présenter à des partenaires financiers. Pouvez-vous nous faire un retour sur votre utilisation dans ce cas précis ? 

FP : Nous avons utilisé Evaltonbiz parce que nous trouvons que c’est un outil magique ! Toutes les personnes à qui nous avons introduit l’outil m’ont toutes dit que votre outil est intuitif et super simple d’utilisation, que ce soient les experts comptables, les personnes qui travaillent dans le secteur de la finance autour de moi, ou qui généralement accompagnent les clients sur la partie tableaux de bord, gestion de la trésorerie. C’est vraiment d’une simplicité incroyable. En revanche la problématique que cela pose, est la question de « l’avenir » – Le chef d’entreprise doit se demander quelle direction il veut prendre. Notre mission d’accompagnement consiste à le conseiller et à l’aider à se poser les bonnes questions concernant son avenir et celui de son entreprise. C’est à partir de là que nous définissons les hypothèses du projet futur. Bien souvent il définit son projet, la direction qu’il veut prendre et l’étape suivante est de poser les chiffres ensemble (l’accompagnateur et le dirigeant). Notre mission d’accompagnateur est de leur amener la culture du chiffre sur les thématiques financières telles que la solvabilité, la rentabilité, le financement … comme celles traitées dans Evaltonbiz.

E : Lors de votre entretien avec la banque quelles questions vous a-t-on posé ? Sur quels critères pensez-vous avoir été évalué ? 

FP : Pour Yosadi, la banque ne nous a posé aucune question. Pour notre client Concept Développement nous avons identifié un besoin à 80 000€ mais la banque a préféré dans un premier temps accorder un prêt de 50 000€ et si jamais cela n’était pas suffisant ils ré-accorderont le restant par la suite. Le prêt de trésorerie étant ouvert jusqu’au 31 décembre 2020. A la réception des dossiers, la banque regarde la solvabilité de l’entreprise et si les critères du PGE définis par l’Etat sont respectés (ne pas être en situation de redressement judiciaire, liquidation et avoir des fonds propres positifs). Ils ont vu que nous avions fait les études nécessaires pour notre demande de financement et voilà. 

E : Quels conseils ou message donneriez-vous aux autres entrepreneurs dans la situation actuelle?

FP : N’hésitez pas à faire appel au réseau Prospactive 

François Pons - Co-fondateur de Yosadi
François PONS – Gérant de Yosadi
6 mai 2020
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp